jeudi 14 juin 2007

Martha's Vineyard


Osheaga s’en vient à Montréal et moi aussi. Je viens (oupelay, la face te rougit?) à savoir que les jambes de Martha y seront. Mais quoi? Une femme peut bien se permettre d’envier la longueur suave et douce des jambes d’une artiste féminine à qui mieux-mieux. Les fantaisies imaginatives devraient être obligatoires entre autre pour garder une bonne santé mentale. Mais les avez-vous déjà vues? Les avez-vous déjà yeux-té sur une scène? Avez vous déjà contemplé le déhanchement rachidien à la fois très sensuelle de Martha Wainwright caché derrière sa guitare, détrempé de sueur d’excitations musicales?? Alors là, je vous convie à Osheaga le dimanche 9 septembre, 2007 au Parc Jean Drapeau. Sont album intitulé simplement Martha Wainwright est au sommet de mon palmarès de tous les genres, de tout les temps, de tout les propos. Je suis conquise. Et oui, le talent cours dans la famille; fille de Loudon Wainwright III et Kate de Kate and Anna McGarrigle, et bien évidemment son frère Rufus Wainwright. J’attends impatiemment la sortie d’un nouvel album; I Will Internalize est sorti au Canada en 2006, mais ce ne sont que des Bonus tracks qui figurent sur les versions Européenne, Australienne et Japonaise de Martha Wainwright. D’ici là, lisez cette article tout récemment paru au Vanity Fair, et visiter son merveilleux site web.

http://www.marthawainwright.com/
http://www.osheaga.com/

1 commentaire:

grrr a dit...

belles jambes... grrr