vendredi 30 mars 2007

Andrea Lindsay


Franco-Ontarienne installée à Montréal depuis un bout, on la compare au physique de Vanessa paradis, les rythmes et l’accent de Pétula Clark avec un soupçon de Jane Birkin, Yann Perrault, Pierre Lapointe( j’imagine à cause du piano vraiment rien de plus), Tori Amos et même Émilie Simon. Pas pire pour une nouvelle venue!

La Belle Étoile est définitivement influencer par les Beatles; ce sont des chansons intimistes, autant en français qu’en anglais et en espagnol, dont insensatez de Jobim, Tom Jobim et porque te vas associer au film Cria Cuervos de Carlos Saura. La toute dernière pièce offre paroles de Victor Hugo et arrangement de Éric Graveline qui d’ailleur signe en entité les arrangements de l’album.

Je suis comme passé à cote de la vague Andrea Lindsay lorsque son album est sorti en 2006, et c’est quelqu’un qui à participé au spectacle 30 ans une voix dans le cadre de la journée internationale de la femme le 8 mars qui ma parler d’elle. J’ai écoutée l’album en boucle pour un certain temps et c’est vraiment la simplicité, je dirais même la singularité des pièces qui font d’elle une artiste extraordinaire. Pas de fla fla. Souvent accompagné seulement d’une guitare ou d’un piano.

11 pièces et une caché…j’aime ca, ca rappelle les années 90 où tout le monde cachait une chanson. Un genre de bonus.

www.andrealindsay.net
www.myspace.com/andrealindsay

En spectacle Le 7 avril à Joliette à la salle Rolland-Brunelle

Tuesday 5 si ca vous dit d’entendre Andrea avant La Belle Étoile.

1 commentaire:

Maude a dit...

je dis bravo ma pitchounette pour ton blogg!!!